Accueil

Fédération F.F.H.

Jouer au Hockey

Hockey pour tous

Académie du hockey

Haut-niveau

Championnat

Les 100 ans

MEDIA & Sponsoring

Rechercher

L’actualité du Printemps

La FFH a choisi de faire vivre le Printemps du Hockey Féminin à distance au regard de la situation sanitaire actuelle liée au COVID-19. Cette animation commence par l’interview de Marie-Françoise Potereau, Présidente de l’association Fémix’sports qui suit la Fédération depuis maintenant presque deux olympiades pour développer et promouvoir le hockey au féminin et la mixité. Son regard nous intéresse pour mieux comprendre le rôle de l’accompagnement fédéral et faire un point sur l’actualité.

 MF_POTEREAU_872.jpg

 

 

Tout d’abord quelle est la place de Femix dans l’accompagnement des fédérations sportives sur les questions de féminisation et de mixité ?

 

L’association Fémix’sports que je préside maintenant depuis 6 ans, est là pour apporter son expertise, sa vision, son savoir-faire dans la mise en place de la politique de féminisation des fédérations qui ont choisi de s’inscrire dans cette dynamique via les conventions d’objectifs initiées par le Ministère des sports.

Dire OUI à la mixité, c’est accepter les différences, accepter l’autre tel qu’il est, et s’enrichir de ce qu’il est. Vivre ensemble, travailler ensemble, faire du sport ensemble pour construire cette nouvelle société. Et qui en aura encore plus besoin demain !

 

 

L’association Femix existe depuis maintenant 20 ans, avez-vous vu une évolution dans la prise en compte de cette thématique au sein des fédérations sportives ?

 

Je répondrais oui. Cependant, nous sommes encore dans « le trop peu ou le pas assez ». Le sport n’est pas en dehors de la société mais bien à son image. Nous sommes dans un monde qui bouge, en mouvement. Et qui, après cette crise du coronavirus ne sera plus la même.

Ce qui était vrai hier, ne l’est plus aujourd’hui : changement des modes de vie, et donc changement des modes de pensée. Et il faut que le sport intègre pleinement ces changements et cela prend du temps. La mixité nécessite de penser autrement pour agir différemment ! Penser des formats de compétitions nouveaux (épreuves mixtes) des produits de licences différents et variés, des organisations différentes avec la recomposition territoriale, des modalités de fonctionnement des clubs adaptées aux nouveaux rythmes de vie des personnes et des gouvernances nouvelles avec la présence de plus de femmes aux postes à responsabilité.

En ce moment nous avons la preuve de ce que notre société (femmes et hommes) est capable de mettre en place pour faire du sport chez elle, faire une activité physique autrement, s’organiser différemment pour s’adapter à la situation que nous traversons. OSER FAIRE AUTREMENT !

 

 

Pouvez-vous nous parler plus spécifiquement des dispositifs dont a pu bénéficier la FFH ?

 

Fémix’sports a rencontré la FFH dans le cadre de l’accompagnement des fédérations sur les plans de féminisation. Par l’intermédiaire de Jonathan BERNON (CTN) nous avons pu identifier le besoin de soutien et d’accompagnement, et la motivation qui animait le cadre technique et les dirigeants.

Très vite nous avons participé à des réflexions menées lors de réunions qui nous ont conduit ensuite à la mise en place de formation de dirigeantes qui ont connu un véritable succès. Ces formations ont permis d’identifier des personnes ressources à fort potentiel. Et c’est comme cela que nous avons proposé au Président de la Fédération de retenir Isabelle JOUIN dans le dispositif « accompagnement des dirigeantes » financé par la Française Des Jeux (FDJ) en partenariat avec Femix et le Ministère des Sports.  

D’autres actions menées par Femix'Sports et le CNOSF permettent également à la Fédération Française de Hockey de participer à des journées dédiées à la prise de responsabilité des dirigeantes.

 

 

Passons maintenant aux questions d’actualité. Les violences sexuelles, notamment dans le monde sportif, sont malheureusement présentes et les femmes représentent une grande partie des victimes. Pensez-vous que votre association peut contribuer à faire bouger les choses ? (peut-etre qu’on peut mettre « passons maintenant aux questions d’actualité.)

 

Nous sommes très présentes sur le sujet. Nous relayons les informations de prévention émises par le Ministère des sports. Nous sommes à l’écoute des personnes qui nous alertent et nous les dirigeons vers les services adéquates. Moi-même j’assiste à de nombreuses réunions d’informations. Nous exerçons également un pouvoir de dénonciation si besoin.

Et notre militantisme pour plus de femmes dans l’encadrement comme dans les postes à responsabilité est là pour contribuer à ce changement. Nous sommes convaincus que davantage de mixité dans les fédérations et leurs organes déconcentrés permettraient de réduire très nettement ces violences.

Dans ce cadre, nous nous réjouissons de voir arriver à la tête de la Fédération Française des sports de Glace : Nathalie PECHALAT.

 

 

Autre actualité à venir, les comités départementaux, les ligues puis la Fédération vont devoir organiser les élections de leurs instances dirigeantes prochainement. Quels sont les enjeux en matière de mixité ? Et comment préparez-vous ces échéances ?

 

Les élections des fédérations et leurs organes déconcentrés seront un moment important dans l’évolution des gouvernances sportives.

En effet, et jusqu’à lors, la loi du 4 août 2014, de la proportionnalité de représentation féminine dans les bureaux ou comités directeurs des fédérations ne s’appliquaient qu’au niveau national. Seules quelques fédérations ont appliqué cette loi au sein des comités régionaux ou départementaux.

L’enjeu est bien que cette loi soit applicable dans toutes les fédérations à leurs organes déconcentrés. C’est un texte qui figure dans le projet de loi.

Ensuite et en dehors de la mise en place de cette loi, il faut encourager sur l’acte du volontariat cette application.

En effet, je suis persuadée que l’engagement associatif demain ne sera pas une question de femmes, mais bien une préoccupation hommes et femmes. Les clubs, les comités départementaux, les comités régionaux auront des difficultés à recruter des bénévoles, s’ils ne changent pas leur fonctionnement associatif. Et c’est une opportunité qui s’ouvre à la gente féminine pour prendre des postes. Et nous les encourageons à postuler, en sollicitant un engagement AUTREMENT !

 

 

Pour conclure quel regard portez-vous sur le partenariat avec la FFH et votre vision sur son avenir ?

 

L’engagement avec la Fédération Française de Hockey reste pour nous une motivation importante car nous savons combien les fédérations avec peu de moyens ont besoin de soutien, d’aide et d’encouragement. Notre accompagnement doit permettre de déterminer les stratégies et les démarches à mettre en place cette politique de mixité et de prise en compte du hockey féminin.

L’absence de résultats au meilleur niveau ne doit pas compromettre la volonté d’aider davantage le hockey féminin pour envisager l’avenir.

L’exaltante perspective des JO de Paris 2024 doit encourager pleinement les acteurs de la fédération à accompagner le développement du hockey féminin, et continuer à le définir comme un axe prioritaire dans ses stratégies d’actions de développement pour encourager la pratique, et le faire pratiquer au meilleur niveau.

 

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY
102 avenue Henri Barbusse
92700, Colombes
Tél : 01 44 69 33 69
Transports : Les Vallées (ligne L)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.