Accueil

Fédération F.F.H.

Jouer au Hockey

Hockey pour tous

Académie du hockey

Haut-niveau

Championnat

Les 100 ans

MEDIA & Sponsoring

Rechercher

L’actualité du Printemps

Marine est une passionnée de hockey depuis son plus jeune âge. Après avoir accompagné ses frères au bord des terrains alors qu'elle était trop jeune pour jouer avant de rejoindre l'équipe du HCL puis du MHC, elle a décidé de s'orienter vers l'arbitrage. Elle évoque avec nous son parcours, ce que lui apporte l'arbitrage dans sa vie, son futur... Découvrez toute son interview. 

photo_ITW_Marine_Fournier.PNG

 

 

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

 

Marine Fournier, 17 ans. Je suis en première pour préparer un bac professionnel à Orléans.

J’ai commencé très tôt le hockey. Au début j’étais trop jeune pour avoir une licence, mais dès que je pouvais, j’accompagnais mes frères pour jouer sur le bord. Dès que j’ai eu l'âge, ce fut à mon tour de me lancer sur les terrains au sein du HCL (Hockey Club La Chapelle-Saint-Mesmin) où j’ai évolué dans une équipe composée exclusivement de garçons. Tout en continuant d’aider dans l’encadrement des plus jeunes au sein du HCL, il y a 3 ans, j’ai rejoint une équipe féminine qui se formait au sein du MHC (Mer Hockey Club) pour jouer en N2 Dames.

Au sein du HCL, j’ai eu la chance d’évoluer dans le même club qu'Élysée Lecas, maintenant joueuse en équipe de France qui évolue aussi dans une équipe Belge. Depuis petite, j’ai toujours espéré pouvoir suivre ses traces et aller aussi loin qu’elle. N’ayant pas réussi en tant que joueuse, j’espère qu’un jour, j’irai aussi loin qu’elle mais dans le milieu de l’arbitrage.

 

 

Comment as-tu intégré le corps arbitral ? As-tu eu des échanges avec d’autres arbitres ?

 

J’ai commencé en arbitrant des rencontres amicales. L’année dernière, Raymond Adamczyk (entraîneur du club de La Chapelle) m'a proposé de l’accompagner, lui et l’équipe garçons de La Chapelle, au championnat de France UNSS (Union Nationale du Sport Scolaire) des collèges à Caen du 27 au 29 mai 2019. Etant au lycée, je ne pouvais pas jouer avec eux. J’étais donc jeune arbitre durant ces 3 jours. Cela m'a permis de rencontrer Louis Gillet et Simon Olivier, deux arbitres (anciens internationaux) avec beaucoup d’expérience, avec qui j’ai pu échanger sur l’arbitrage, cela m’a permis de m’y intéresser de plus près et d’avoir leurs soutiens.

Un mois plus tard, j’ai retrouvé Louis au Tournoi National des Clubs U12 Gazon (juin 2019 au RC France), qui était ma première désignation officielle. Le stress était présent mais Louis m’a tout de suite rassuré, ce qui m'a permis de faire mes preuves et d’arbitrer la finale filles.

En octobre dernier, j’ai arbitré un match de N1 Dames avec Simon, niveau auquel je n’avais encore jamais eu accès. Cela m’a plu dès le début. J'aurais dû arbitrer un match de N1 Dames et deux tournois de N2 dames durant le confinement mais malheureusement, cela a été annulé.

 

 

L’arbitrage t’apporte-t-il des compétences et/ou des qualités utiles hors de la vie sportive ? Si oui, lesquelles ?

 

L’arbitrage apporte des compétences ou des qualités utiles hors de la vie sportive, car en tant qu’arbitre, nous ne sommes pas là pour empêcher de jouer, bien au contraire ! Nous sommes présents pour faciliter la rencontre et parce qu'on aime arbitrer, ce qu’il ne faut pas oublier avant tout. Donc oui, l’arbitrage nous apprend à nous contrôler face à certaines situations ou certains joueurs ou certaines joueuses qui pourraient nous énerver. Cela nous apprend aussi à communiquer rapidement et facilement, car quand on est arbitre, on ne connait pas forcément la deuxième personne qui forme notre binôme.

 

 

Comment as-tu été formée à l’arbitrage ?

 

J’ai été admise dans la FNJA (Formation Nationale Jeunes Arbitres). Pour ma part, je ne pourrais vous expliquer ce que comprend cette formation, car pour ma région, nous n’avons pas pu être pris en charge, entre autres à cause de la crise sanitaire. Heureusement, Louis et Simon (anciens arbitres internationaux) m’ont permis d’échanger avec eux pour me guider sur les points où j’avais des difficultés et m’ont très bien orienté et aidé.

 

 

Concernant la mixité dans l’arbitrage, en tant que jeune fille, as-tu rencontré des difficultés particulières ?

 

Etant une jeune arbitre fille, je n'ai jamais rencontré de difficultés jusque-là. J’ai le sentiment qu’il n’y a pas de différence. On nous fait arbitrer selon notre niveau lors des différentes désignations et non parce que l’on est une fille ou un garçon. La condition physique joue également un rôle pour monter dans le niveau des matchs à arbitrer.

 

 

Comment imagines-tu ton futur dans ton parcours d’arbitre ?

 

Pour plus tard j’espère pouvoir continuer à évoluer dans l’arbitrage et surtout pouvoir continuer d’apprendre en échangeant avec des arbitres expérimentés. Je souhaite également partager mes expériences et mes erreurs avec les plus jeunes et les futurs jeunes arbitres comme moi, et peut-être arbitrer du plus haut niveau si j’en ai l’occasion. Et tout cela en continuant d’avancer dans ma vie professionnelle bien sûr.

 

 

Qu’as-tu envie de dire aux jeunes (notamment aux jeunes filles) qui hésitent à arbitrer ?

 

J’ai envie de dire aux jeunes et de plus, aux jeunes filles : si vous aimez arbitrer et que vous souhaitez vivre de superbes expériences, alors n’hésitez surtout pas, lancez-vous, vous n’avez rien à perdre. Ce n’est pas par ce que vous êtes jeunes que vous n’allez pas être pris au sérieux, au contraire. L’encadrement de la FNJA et l’entourage plus général au sein du milieu du Hockey va vous aider à prendre confiance en vous et à évoluer.

Ce n’est pas par ce que vous êtes une fille que vous n'avez pas le droit d’arbitrer, l’arbitrage est pour tous : filles – garçons, aucune différence n’est faite.

 

 

Pour finir, quel est ton meilleur souvenir en tant qu’arbitre ?

Mon meilleur souvenir en tant qu’arbitre est d’avoir eu la chance de pouvoir participer au 1er tournoi internationale de hockey fauteuils à Bourges en octobre dernier. C’était la première fois que je voyais cette discipline. Certes, les règles sont différentes de celles du hockey traditionnel, mais cela permet de découvrir notre sport sous un nouvel angle. J’ai pu voir la difficulté de jouer en fauteuil et le mérite de ces joueurs valides et non valides. J'ai eu une chance inouïe de pouvoir arbitrer ces matchs. Je trouve l’expérience incroyable, car j’étais face à des gens qui se sont battus pour pouvoir continuer ou alors simplement démarrer dans le sport malgré leur handicap. Cela m’a donné le goût de l’international. Je me dis qu’en tant que jeune arbitre je découvre de belles choses et je vis de superbes moments. 

 

jouer ?

Vous recherchez un club, un comité ou une ligue ?
ou jouer
Cliquez sur votre région de résidence

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY
102 avenue Henri Barbusse
92700, Colombes
Tél : 01 44 69 33 69
Transports : Les Vallées (ligne L)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.