Accueil

Fédération F.F.H.

Jouer au Hockey

Hockey pour tous

Académie du hockey

Haut-niveau

Championnat

Les 100 ans

MEDIA & Sponsoring

Rechercher

Dans la tête de ...

Les fans de foot argentin connaîtront sûrement "El Loco" Marcelo Bielsa, célèbre entraîneur de foot connu pour sa folie sur le banc de touche. Si Léandro Leotta n'est sûrement pas aussi "loco" que son compatriote sur le banc, il est sans le moindre doute un fou de hockey. Directeur sportif et joueur en Nationale 1 Hommes au club de Douai, celui que l'on appelle Léo est dévoué à 100% dans le développement du club et la progression des jeunes joueurs et joueuses. International argentin de hockey en Salle depuis maintenant 9 ans, Leandro a baigné depuis tout petit dans le hockey grâce à sa famille. Après un premier passage en 2014, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il est revenu à Douai : l'esprit de famille qu'il a connu depuis tout petit au sein du club de Mendoza. Mais attention Léo Leotta est aussi et surtout là pour faire grandir le club, faire progresser les jeunes joueurs et apporter son expérience du haut niveau. Prenez une calebasse de maté et découvrez la locomotive du Douai HC...

 

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m'appelle Leandro Leotta, j'ai 33 ans, je suis argentin et je joue au hockey depuis que je suis né.
J'ai effectué des études de psychologie mais je suis aujourd'hui directeur sportif et joueur au sein du club de Douai. Mon projet est de faire progresser le club dans son ensemble.
Je suis un fou du hockey, toute ma vie est tournée vers le hockey.

 

Quand et comment as-tu commencé ta carrière ?

J'ai commencé à Mendoza (dans le nord-ouest de l'Argentine, à 1000km de Buenos Aires) qui est une ville importante dans le hockey argentin. Je dirai que c'est la deuxième ville du hockey en Argentine, derrière la capitale. Le club de hockey est très populaire ici et beaucoup de gens s'y intéressent.
Je viens d'une famille de passionnés de hockey. Mon père fut mon premier coach et j'ai même joué avec lui une saison quand il finissait sa carrière. Ma mère jouait également et je l'ai coaché quand j'avais 17 ans, ce qui représentait ma première expérience en tant que coach. Ma soeur joue encore au hockey en Argentine tandis que mon frère a joué avec moi l'espace d'une saison à Douai. Et enfin ma femme joue également au sein du club de Douai. 

 Leandro Leotta, sous les couleurs du Douai HC en Salle

 

Quand es-tu arrivé en France et pour quelles raisons ? Quelles ont été tes impressions à ton arrivée ?

Déjà, il faut savoir que ma première expérience à l'étranger était à Douai il y a maintenant 8 ans, en tant que joueur de l'équipe première. J'étais joueur en Argentine quand j'ai reçu un mail d'un entraîneur argentin de Douai (Julio Sacaluga) me demandant mon CV et quelques vidéos de mes matchs. J'ai donc rejoint l'équipe pour quelques mois. J'en ai profité pour coacher les jeunes du club avec l'aide de Paul-Pierre Piolé (secrétaire général du DHC) qui assurait la traduction auprès des joueurs.
Ce fut une très belle première expérience dans le hockey français qui représentait un vrai changement par rapport à l'Argentine. En effet, à Mendoza, nous n'avons que deux terrains de hockey dans une ville de 120 000 habitants, soit autant de terrains dans la région des Hauts de France, et notamment sur la région lilloise était incroyable pour moi. Je me suis tout de suite dit que les joueurs avaient de la chance d'avoir ces infrastructures qui leur permettaient de progresser rapidement.
De plus je viens d'un club en Argentine où tout le monde se connaît, c'est une vraie famille. J'ai retrouvé cet esprit de famille à Douai.
C'est pour ça que j'ai accepté la proposition de Douai de revenir en tant que directeur sportif et joueur depuis septembre 2020, même si j'avais déjà donné un coup de main début 2020.

 Leandro Leotta, une réelle passion pour le coaching (ici en Argentine)

 

Tu es donc maintenant installé en France sur Douai depuis 2018 (après un court passage en 2014). Tu es retourné en Argentine entre les deux périodes ?

Je suis retourné en Argentine après mon premier passage à Douai mais uniquement la saison Salle. J'ai joué durant 4 saisons la partie Gazon en Italie, et plus précisément dans un club de Sardaigne, à Cagliari. J'ai joué là-bas car la langue était plus facile pour un argentin comme moi. Et le cadre de vie de la Sardaigne est exceptionnel, vivre sur une île paradisiaque à 25 ans c'est le rêve. Ce n'était pas la situation parfaite pour un joueur ou pour un coach, mais j'avais envie de découvrir de nouvelles aventures et Cagliari représentait cela.

 

Tu es joueur avec l’équipe N1 Hommes du Douai HC mais aussi directeur sportif. Quel est ton rôle au club de Douai ? Ton expérience du plus haut niveau est un élément important dans ta façon d’entraîner ?

Je suis ici désormais surtout en tant que directeur sportif, afin de manager la structure du club dans son ensemble. Mais je joue également avec l'équipe Nationale 1 Hommes afin d'apporter mon expérience, ma mentalité et la grinta argentine afin d'emmener le club au plus haut niveau.
Je suis ici avec l'objectif de faire grandir le club, de continuer à s'entraîner avec intensité malgré les conditions délicates du COVID et de leur partager mon expérience du haut-niveau.
J'ai joué en équipe nationale d'Argentine où j'ai beaucoup appris et j'aimerais transmettre ce savoir à tous nos jeunes joueurs et joueuses.
Ce n'est pas toujours facile car la mentalité est différente entre l'Argentine et la France. Chez moi, beaucoup de jeunes joueurs font passer le hockey avant tout, mangent hockey et dorment hockey. J'essaie d'influer cela à Douai et cela commence à prendre forme. J'essaie aussi d'aider les coachs à progresser dans l'entraînement de leurs équipes.
Par exemple, avec la situation sanitaire, nous développons les entraînements individuels et nous permettons aux jeunes de s'entraîner tous les jours à l'exception du lundi.

 

Peux-tu nous présenter le fonctionnement du hockey argentin ? Peux-tu nous expliquer la popularité de ce sport en Argentine ? 

Le sport le plus populaire en Argentine est clairement le foot. Mais depuis la médaille d'or des garçons à Rio, le hockey a explosé et notamment en termes de nombre de licenciés.
Il y eu énormément d'investissement et d'énergie déployé suite à ce succès. Aujourd'hui, on peut dire que le hockey est dans le top 5 des sports en Argentine.
Aujourd'hui, l'Argentine est à un tournant : nos grands joueurs sont en fin de carrière et beaucoup vont arrêter après Tokyo. C'est donc une transition avec des nouveaux jeunes joueurs et un nouveau staff. C'est pour cela que je ne les vois pas répéter leur performance des derniers JO.
Le hockey argentin est beaucoup basé sur le physique. Il y a un énorme travail de ce point de vue en Argentine. Et de ce que je peux voir, l'Equipe de France A Hommes a énormément travaillé de ce point de vue ces derniers temps : j'explique leurs performances actuelles et leur victoire face à l'Argentine lors de la dernière Coupe du Monde par une progression très importante d'un point de vue physique. Les Français commencent eux aussi à avoir de plus en plus d'expérience ce qui est un atout indéniable.

 Leotta sous le maillot ciel et blanc de l'Argentine

 

Tu as l’occasion de porter le maillot de l’équipe nationale. A quelle occasion ? Que cela représente pour toi ?

J'ai été en équipe d'Argentine en Gazon et en Salle. Il y a 5-6 ans, j'ai disputé la Sud American Cup; au même moment, je suivais mes études à Mendoza alors que l'équipe se rassemblait régulièrement à Buenos Aires pour s'entraîner. Je n'ai donc pas pu suivre le rythme de la sélection argentine outdoor car Buenos Aires était à plus de 1000km de chez moi et je devais déménager là-bas pour suivre les entraînements.
Les modalités de la Salle étaient plus adaptées à mes conditions. Ils m'ont vu lors de la saison Salle en Argentine et m'ont sollicité il y a maintenant 9 ans. Je suis aujourd'hui toujours un membre de l'équipe nationale Salle. Je devais d'ailleurs jouer en mars 2020 la Pan American Cup qui a été annulée à cause du COVID, juste après avoir joué la saison indoor avec Douai. J'aime le championnat Salle français car il est très exigeant physiquement et est une bonne préparation avant les échéances internationales. La saison dernière, j'ai même proposé à deux autres joueurs argentins de venir à Douai pour la saison Salle.
La prochaine échéance est en juin avec la Pan American Cup, mais difficile se préparer avec la situation sanitaire.
C'est une très grande fierté pour moi de porter le maillot argentin !

 

 Merci à Léandro pour sa disponibilité et sa gentillesse. Merci également à Paul-Pierre Piole, secrétaire général du Douai HC, pour son aide lors de cette interview.

 

 

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY
102 avenue Henri Barbusse
92700, Colombes
Tél : 01 44 69 33 69
Transports : Les Vallées (ligne L)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter