Dans la peau, ou dans la tête

Dans la tête d’une « triple croisée des genoux », non sans ironie, nous voulions retrouver le joli sourire d’Inès Plocque, tout juste 1 an après sa 3ème blessure. Joueuse talentueuse formée au CASG (puis P.J.B), elle a débuté sa carrière en équipe de France en 2006. Inès en bref, c'est 20 ans de hockey, 25 sélections, et "finalement 3 genoux".  Témoignage remuant d’une jeune femme qui s’est senti « un peu comme un mille pattes à qui il en manque 3... » Entre les lignes, elle nous prescrit son remède contre la mélancolie : Un joyeux sens de l’autodérision. C’est un « plaisir » partagé de la voir avancer à son rythme, en s’engageant à reprendre du « plaisir » sur le pitch.

 

 

InesPlocqueTriple fois blessée d’une rupture des ligaments croisés, le destin s’est acharné sur tes genoux.. Ironie du sort ou mauvaise blague ?
On pourrait penser à une mauvaise blague, ou à un complot de l’Azerbaïdjan, mais finalement 3 genoux en 20 ans de hockey ça va ! Il doit juste y avoir un problème de fabrication...

Rappelle-nous les faits, comment est-ce arrivé ? As-tu pu analyser les causes ?
Le premier genou c’était en 2006 à Rome aux qualifs pour la Coupe du Monde, dernier match contre la Chine à 10 minutes de la fin. Puis 2009, en stage à Châtenay, un mois avant la Coupe d’Europe B, toujours à Rome... Puis le dernier en janvier 2015, en stage à Barcelone un mois avant la World League 2 en Uruguay.
A chaque fois je me suis blessée toute seule (la première fois je n’avais même pas la balle), donc on s’approche dangereusement du ridicule ! Après une étude poussée, on en a conclu que c’était à cause de Philippine Berly, la seule qui était là les 3 fois ! Sinon le corps médical n’est pas unanime sur les causes, à part une faiblesse dans les genoux.

On imagine à peine la douleur... 1 an depuis ta 3ème blessure, comment te sens-tu ?
Il y a eu changement de rythme assez radical, je me suis faite opérer rapidement puis la joyeuse période de rééducation et hop ! La transition s’est faite et ça paraît déjà loin.

Justement, en parlant de rééducation c’est un moment long et difficile, peux-tu nous raconter ce que cela implique ?
Cela implique plusieurs étapes : quand on a du temps 1 mois / 1 mois et demi en centre de rééducation en béquilles pour stimuler le genou, vérifier que tout va bien et sortir en marchant presque normalement. Puis 6 mois de kiné plusieurs fois par semaine avec renforcement, puis course et changements de direction, et même un peu de hockey dans la salle commune si le kiné est sympa !

Dans la tête d’une « triple croisé des genoux » ça ressent quoi ?
Ça se sent un peu comme un mille pattes à qui il en manque 3, ça n’empêche quand même pas d’avancer ! 
A part ça, évidemment beaucoup de frustration, d’autant plus qu’à partir du deuxième genou la découverte de l’opération, rééducation... n’est plus aussi intéressante. De l’appréhension aussi, sur ce qu’on va bien pouvoir faire quand les semaines sont largement rythmées par le hockey et que tout s’arrête d’un coup. Et après tout ça on relativise un petit peu, on se met dans la rééducation pour pouvoir refaire du sport très vite !

Quels ont été tes meilleurs remèdes pour garder le moral ? As-tu eu du soutien du côté de la famille hockey ?
Le meilleur remède a été de faire vite autre chose pour rester occupée, en l’occurrence créer un jeu de cartes GEN WHY avec notamment Margaux de Galzain, hockeyeuse chevronnée !
J’ai eu beaucoup de soutien de la famille du hockey, qui comprend mieux ce type de blessures et leurs conséquences pour la suite. Je pensais qu’au bout de 3 fois les gens allaient se lasser, mais finalement non, c’est même le contraire. J’en profite d’ailleurs pour les remercier ici.

Peux-tu nous partager un conseil pour les prochains qui passeront par-là ?
Pour les prochains, essayer de se réparer au plus vite pour que ce ne soit qu’un mauvais souvenir, et profiter de ses weekends ! Je prescris aussi une partie de mini tennis sur chaise à Verlinghem ou du roller en Belgique pendant la rééducation, quoique...

Et maintenant, qu’évoque le hockey pour toi en 3 mots ?
Plaisir, compétition, engagement (ou lundis matins difficiles) !

Sinon revenons sur les bons moments, racontes-nous ton meilleur souvenir de hockey ?
Il y en a beaucoup ; je dirais les qualifs Coupe du Monde à Rome en 2006 ou le titre avec les U21 en Coupe d’Europe à Prague en 2008

Des bruits de couloirs nous ont confirmé ton retour sur le « pitch », quelles sont les sensations et motivations ?
Retour sur le pitch assez furtif en club loisir. Les sensations sont plutôt limitées car il y a un peu d’appréhension. Pour les motivations c’est surtout de taper la balle avec mes copines, et de préparer le tournoi du Touquet 2016, sachant que l’EDN a un titre à conserver !

Avec un peu de recul, quel est ton regard sur le hockey féminin, les résultats de l’équipe de France...
Je pense qu’il faut plus de confiance, un engagement réciproque des instances et du collectif sur moyen terme, et surtout continuer à compter sur les joueuses d’expérience pour transmettre aux plus jeunes.

Seras-tu de la partie pour soutenir tes anciennes coéquipières en Championnat d'Europe en salle à Cambrai ?
Sûrement le dernier jour, pour la finale j’espère !

Le hockey évoque pour toi une valeur importante « engagement ». Du coup comment pourrait-il se traduire dans les faits ? Souhaiterais-tu t’investir autrement ? 
Pour moi l’engagement s’est traduit pendant plusieurs années au niveau du club et de mon engagement avec les France quand c’était possible. M’investir autrement, pour l’instant non, je fais un peu mon « deuil » du hockey et ce serait trop frustrant d’être à côté du terrain. On verra, peut-être plus tard...

Si ce n’est que tes genoux tiennent le coup, que peut-on te souhaiter pour cette nouvelle année 2016 ?
Du succès avec GEN WHY, et encore un peu de hockey loisir !

Quelle est la question que tu évites de te poser pour ne pas te prendre la tête ?
Mais quand vas-tu repasser ton permis ??

Le mot de la fin... 
Moi aussi je rêve des jeux(noux) !

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY

Tour Gallieni II
36, avenue du Général de Gaulle,
93170 Bagnolet
Tél : 01 44 69 33 69
Métro : Gallieni (Ligne3)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.