Dans la peau, ou dans la tête

C'est au tour de Vincent Delevoye de nous faire part de son scénario rempli d'aventures rocambolesques et de répondre à nos questions, toujours sans langue de bois. Découvrez le parcours de "Polo", un homme passionné par le Hockey depuis tout jeune, et qui a finalement décidé d'en faire son métier, abandonnant son ancienne profession dans l'industrie cinématographique. Dans la tête de Vincent Delevoye, gérant de Sport Access et nouvel équipementier de la Fédération Française de Hockey.

 

 Photo Polo Une

 

Vincent Delevoye, mieux connu sous le nom de « Polo » dans le monde du hockey. Peux-tu nous expliquer l’origine de ce surnom ?

 

Même s’il refuse de l’admettre, ca vient de mon père. C’était mon surnom au sein de ma famille. C’est venu petit à petit dans le monde du hockey, ou je suis plus connu en tant que Polo qu’en tant que Vincent.

 

Tu es très impliqué dans le Hockey. Tu as même fait partie de l’Equipe de France. Dévoile-nous ton CV sportif.

 

Photo Polo 2

Gamin, j’ai fait beaucoup de sport, tennis obligatoire dans la famille, mon grand-père a été 18 ans président du CAM après avoir dirigé la section Tennis plusieurs années, du foot comme presque tous les petits gars (j’étais particulièrement nul !), de l’athlétisme (ça va en faire rire plus d’un !!) j’adorais les disciplines techniques comme le saut en hauteur et le 110m haies, et bien sur le hockey ou je me suis épanoui avec ma bande de copains d’enfance. J’ai appris à jouer sur le terrain en gazon naturel du CA Montrouge et très vite, j’ai trouvé la place de rêve, celle qui me permettait de me jeter dans la boue sans me faire gronder : gardien de but !!!  Avec les sélections régionales, puis nationales, j’ai arrêté la pratique des autres sports. Sélectionné en  U16, U18, U21 puis Bataillon de Joinville, le service militaire existait encore… A noter une place de vice-champion d’Europe des nations en salle en U21, un de mes plus beaux souvenirs de hockey.

En revanche , je n’ai pas de sélection en Equipe De France. Avec le recul, je n’étais pas capable de faire les efforts que l’équipe de France nécessite. C’est pourquoi j’ai beaucoup de respect et d’admiration pour les joueurs qui se dévouent corps et âmes pour atteindre l’Equipe De France. En club, je suis parti du CAM à 17 ans pour le CASG (ex-PJB), puis le Stade Français, ou nous avons glané une place de vice-champion de France et donc une participation à une coupe d’Europe.

 

Raconte-nous l’histoire de Sport Access, de sa création à aujourd’hui.

 

Sportaccess a été créé par Stéphane Jaquet en 2004. Je me suis associé en 2007. Au départ, c’était juste une activité en plus de mon travail qui me laissait des périodes de temps libre. Et puis avec Stéphane, nous avons fait grossir le business, nous avons récupéré les exclusivités sur MALIK, puis adidas hockey. C’est une chance, adidas a révolutionné le marché du hockey. Apres quelques années avec le stock dans mon appartement, nous avons pris une boutique. J’ai enfin pu revivre correctement dans mon appartement et nous avons pu offrir au hockeyeur un espace dédié à leur sport. On a continué à se développer en important la marque de gardien de but OBO. Aujourd’hui Stéphane est parti vers d’autres horizons et je continue à faire tourner Sportaccess pour le bien de tous les hockeyeurs, j’espère…

 

Polo, entre nous, vous êtes peu nombreux sur le marché de l’économie du Hockey. Qu’est ce qui t’est passé par la tête pour quitter ton métier et te lancer dans ce domaine ?

 

Personnellement je trouve que nous sommes trop nombreux sur ce petit marché…

En un mot c’est la passion de ce sport. C’est le meilleur moyen que j’ai trouvé pour rendre à ce sport tout ce qu’il a pu m’apporter. Il y a tout à construire dans l’économie du hockey français, c’est un vrai challenge. Le hockey français ne pourra se développer qu’avec une économie hexagonale.

Et puis il ne faut jamais demander à un gardien de but ce qu’il lui passe par la tête, les gardiens nous avons tous un pète au casque…

Photo Polo1

 

Aujourd’hui, Sport Access est le nouvel équipementier de la FFH. Quelles sont les motivations qui t’ont amené à répondre à l’appel d’offre lancé par la FFH ?

 

Il y a quelques années, nous n’avions pas répondu à l’appel d’offre de la fédération. Nous étions trop petits encore. Aujourd’hui, Sport Access est assez solide pour répondre aux demandes fédérales. De plus, la Fédération Française de Hockey a entamé ces dernières années un changement, un dynamisme que nous retrouvons dans les résultats des équipes nationales mais aussi dans la qualité de l’appel d’offre.

 

Concrètement, en tant que partenaire, quel est ton rôle ?

 

Le 1er rôle d’un équipementier est par définition de fournir les équipements. Sportaccess va donc habiller en adidas toutes les équipes de France, les pôles et les arbitres. Mais l’idée de partenariat ne s’arrête pas là, nous souhaitons travailler main dans la main afin de développer des choses nouvelles pour le hockey français comme le merchandising, la communication, l’image de la FFH…

Nous avons la chance de pouvoir profiter de l’expérience d’une grande marque comme adidas qui travaille déjà avec les plus grandes nations du hockey.

 

En retour, qu’attends-tu de la FFH ?

 

Je souhaite un investissement de chacun (joueurs, élus, entraineurs…) afin de faire connaître le partenariat Sportaccess/adidas/FFH. J’attends une communication sur tous les évènements fédéraux afin d’augmenter la notoriété de Sportaccess. Ce partenariat doit renforcer la position de leader du marché de Sportaccess.

 

Grâce à ce partenariat, quelles retombées espères-tu ?

 

J’espère de plus en plus de club français en textile Adidas.

J’espère que les hockeyeurs arrêteront d’aller sur les sites étrangers et qu’ils viendront acheter sur sportaccess.fr 

Et j’espère avoir les plaisirs de voir de plus en plus de monde venir essayer le matériel dans ma boutique. C’est toujours un plaisir de pouvoir conseiller un(e) joueur(se).

 

Tu sponsorises des joueurs en équipes de France, tu es à la fois l’équipementier de certains clubs franciliens, tu es présent sur les grands événements de Hockey et tu es très actif sur les réseaux sociaux. Tu démontres une volonté pour développer ta marque. Peux-tu nous en dire plus sur ta stratégie et ta vision de l’économie du Hockey en France ?

 

Le moteur reste le développement du hockey, j’essaye d’y contribuer à ma façon. Je sponsorise pour montrer mes marques et aider les joueurs(ses) dans leur quotidien de sportif, aussi pour revivre le haut niveau par procuration….

Les réseaux sociaux sont les seuls vecteurs de communication que nous avons dans le hockey français, j’essaye donc de rester jeune et de comprendre ce mode de communication.

Je rêve de pouvoir fournir des boutiques de sport dans chaque ville ou il y a un club de hockey. Ce marché n’existe pas. Nous sommes encore à la préhistoire avec des vendeurs « sur le parking».  Le développement du hockey passe par un développement économique d’un marché du hockey, les clubs auront des retombées de boutiques qui vendent du matériel. C’est assez utopique pour le moment mais je reste persuadé que nous pouvons développer ce marché et donc notre sport.

 

Pour conclure, il se passe quoi actuellement dans la tête de Polo ?

 

Pas mal d’idées à concrétiser et surtout une folle envie de voir l’équipe de France à Tokyo (Jeux Olympiques 2020) !!!

 

 

Vincent "Polo" Delevoye, côté cour :

  • Quelle est ta couleur préférée ? Le vert !
  • Quel est ton plat cuisiné préféré ? J'hésite entre le thai curry et le nasi goreng (plat traditionnel indionésien, c'est du riz frit, les meilleurs sont faits par les cuisiniers ambulants dans la rue)
  • Quelle est ton idole ? Petit: Gilles Capelle (gardien du CAM et de l'EDF), ado: Ian Taylor (Gardien anglais) A voir absolument ces sorties en tete de cercle sur PC aux JO de Los Angeles, aujourd'hui Japp Stockmann.
  • As-tu une passion inavouable ? Oui... mais la bienséance m'interdit d'en parler !
  • En dehors du Hockey, quels loisirs as-tu ? Le cinema (longtemps mon metier) et la musique. Je peux ecouter de la musique pendant des heures et voyager

 

Merci à Vincent Delevoye pour sa disponibilité.

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY

Tour Gallieni II
36, avenue du Général de Gaulle,
93170 Bagnolet
Tél : 01 44 69 33 69
Métro : Gallieni (Ligne3)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.