Dans la peau, ou dans la tête

Philippe Reynaud, né le 3 février 1922, est un des rares hockeyeurs français à avoir participé à trois Jeux Olympiques : en 1948, en 1952 et en 1960. Il nous peint le tableau du hockey de l'époque, avec une pratique et des équipements complètement différents et des femmes quasi inexistantes.

Présentez-vous-en quelques mots

1m76, 75kg (il y a 60 ans) né à Villebon sur Yvette. J’étais à Pontoise en 1934, puis la guerre est arrivée. J’ai reçu plusieurs distinctions au sortir de cette deuxième guerre mondiale : Médaille du combattant, Croix de Guerre 39-45, Engagé volontaire pour la durée de la guerre et Maquis de l’Ardèche (Résistant Francs-Tireurs Patriotes).  La paix revenue, je suis devenu professeur à Saint Martin de Pontoise.

PhRGuerrePhilippe Reynaud pendant la Seconde Guerre Mondiale

 

Côté hockey, voici mon palmarès : 81 sélections, 3 Jeux Olympiques, 3ème place aux Jeux Méditerranéens de Barcelone. Capitaine une quarantaine de fois. Demi-centre surtout. J'ai aussi reçu la Médaille du Mérite Sportif par Maurice Herzog.

 

 PhRBarcelonePhilippe Reynaud pendant les Jeux Méditérannéens à Barcelone avec l'Equipe de France

 

Comment avez-vous débuté le hockey ?

J’ai commencé à l’école d’Ile de France de Villebon-sur-Yvette (Seine et Oise) en 1930, à l’âge de 8 ans, éduqué et conseillé par M.Fairglaugh. Dans cette école, le hockey était pratiqué tous les jours pendant une heure, surveillé et arbitré.

 

 PhRVillebon
Philippe Reynaud tout à droite, juste à sa gauche Diran Manoukian.

 

Après la fin des études, en général les anciens élèves jouaient au Golfer’s Club, au Racing ou au Stade Français. Personnellement, c’est au Stade que j’ai joué en « réserve », accompagné de mes frères, à 14 ans (1936-1940), voilà pour mes débuts en scolaire et en club.

A cette époque les jeunes jouaient soit en scolaire soit en club. Le championnat était ouvert aux deux.

 

Combien d’années avez-vous joué au hockey ?

J’ai joué et entraîné à peu près de 1928 à 1985, donc durant 57 ans.

 

PhRProfesseurPhilippe Reynaud, entraîneur de hockey à Pontoise en 1955-1956.

 

De 1928 à 1975, à l’Ecole d’Ile de France, Ecole Saint Martin de Pontoise et au Stade jusqu’en 1940 puis au LOU (Lyon Université Club) (1940-1941) avec Tola Vologe, Stade Français (1942-1943) avec Diran Manoukian et les frères Hauet, Saint Ouen l’Aumône (1946-1957), Saint Germain (1957-1958) et Stade Français-Faisanderie (1958-1980).

 

PhRLOUSaint Martin Equipe 1ère saison 1937-1938.
De gauche à droite debout : Ph.Reynaud, X, Bouchy, Carle, du Péage, Michel Imbert
à genoux : Lemaire, Coup, Renard, Simon Reynaud, Dolley

PhRLOUEquipe du LOU, Lyon Université Club, saison 1940-1941
De gauche à droite debout : Arlin Pichot, Beauvilain, S.Reynaud, Ph.Reynaud, Morandi, Sargnon, Pintrant, X
Devant : Cordet, Tola Vologe, Marouzeaux, Cordet, Paillier, GiovoHauet
PhRLOUSaison 1942-1943 au Stade Français
De gauche à droite debout : Lucas, Van Vlamertynghe, Manoukian, Maraug, Ph.Reynaud, Triquet, Andrivet
De gauche à droite en bas : Jean Hauet, Dubessay, Duquesnoy, Blanchet, Claude Hauet

 

Dans l’Equipe de France j’ai joué mon premier international contre l’Angleterre à Folkestone, le 5 avril 1947, j’avais 25 ans. Mon dernier match international se termine par un match nul contre la Pologne (0-0), le 1er juillet 1962 au tournoi de Macerata, j’avais 40 ans passés.

Dans un autre domaine, j’ai dirigé pendant 37 ans le hockey à l’école Saint Martin à Pontoise, jusqu’en 1985 et à la retraite j’ai entraîné le mercredi, les jeunes de Saint Germain pendant quelques années. Et puis de 1963 à 1965, j’ai été entraineur du Bataillon de Jonville.

 

Quelle est la meilleure place que vous ayez atteint en Championnat ?

Il y avait un Championnat de Paris avec 3 divisions, et une coupe de France. J’ai joué une demi-finale contre le Lyon HC et puis, nous avons été champion de Paris avec Saint Ouen l’Aumône en division « honneur » en 1947 et en « excellence » en 1952.

 

Quels résultats avez-vous fait avec l’Equipe de France lors des Jeux Olympiques de 1948, 1952 et 1960 ?

Londres – 1948

31 juillet : France – Danemark 2-2

3 Août : France – Hollande 0-2

5 Août : France – Pakistan 1-3

7 Août : France – Belgique 0-1

Gagnant : Pakistan

 

PhRHelsinkiJeux Olympiques d'Helsinki juillet 1952
Meyer, Bégard, Capelle et Ph. Reynaud

Helsinki – 1952

16 juillet : France – Italie 5-0

18 juillet : France – Pakistan 0-6

21 juillet : France – Suisse 1-2

Gagnant : Pakistan

 PhRPasseHelsinki

 

Rome – 1960

29 Août : France – Italie 2-0

31 Août : France – Allemagne 0-5

3 septembre : France – Kenya 0-0

6 septembre : France – Belgique 1-0

8 septembre : France – Hollande 0-2

Gagnant : Pakistan

 

Le 25 septembre 1960, en match amical après les Jeux, France – Pakistan 1-1 à Lyon

 

Quels sont vos meilleurs souvenirs des Jeux Olympiques ?

A Londres, les Jeux étaient encore influencés par la guerre et incomplets puisque l’Allemagne était exclue, mais c’était la reprise des évènements sportifs. Les grands champions étaient : Ignace Heinrich au décathlon et 110 haies, et Alex Jany à la natation.

A Helsinki, je me souviens de la sportivité des Finlandais et de leur enthousiasme. Le grand champion était Emile Zatopek, vainqueur du 5 000, 10 000 et du marathon, à Londres et à Helsinki.

A Rome, le premier match des Jeux dans le Stade bordé de statues, réservé au hockey, avec comme premier match France Italie. Il fallait gagner à tout prix ! Je me souviens que pendant ces Jeux Olympiques, le stade n’était plein que lorsque les Italiens pouvaient l’emporter.

 

Comment était l’ambiance aux JO ?

A Londres, l’ambiance toujours exceptionnelle malgré l’époque précédente.

A Helsinki, une organisation et une sportivité hors classe finlandaise.

A Rome, la cité antique dans un monde moderne, c’était magnifique.

Dans l’Equipe, l’ambiance a toujours été très cordiale. Le village olympique permettait aux uns et aux autres de se retrouver dans une ambiance décontractée avant les épreuves du lendemain.

 

 ScreenHunter 79France - Hollande (1-1) à La Croix de Berny à Paris, le 19 avril 1947.
Philippe Reynaud au centre de l'image

 

Et le hockey féminin à cette époque ?

J’avoue ne pas connaitre réellement ce problème. Tout ce que je sais c’est qu’à Paris il existait, une Equipe Féminine au Stade Français, au Racing et à Saint Germain. Elles étaient développées grâce à la famille Goy et la présence de Françoise Goy, épouse de Diran Manoukian, décédée peu après son mariage, ce qui avait peiné beaucoup de monde. En province, je ne peux que vous donner mon cas personnel puisque j’ai épousé Annick Gros de Cholet. C’est elle qui avait créé le « Jeune France » de Cholet pendant la guerre.

Peu d’équipe en tout cas, juste à Bordeaux, le VGAL, et à Angers le SCO.

Depuis quelques années les progrès des licences féminines semblent être un des évènements positifs du hockey, tant mieux !

 

Quels sont les principales différences entre les années 1950 et aujourd’hui ?

Dans la comparaison entre Londres et Helsinki, il est évident que Helsinki avait renoué plus facilement avec la tradition sportive.

Sinon, les émissions de Télé ont bouleversé les conditions de propagande pour les Jeux de Rome, et c’est de mieux en mieux filmé ou commenté. La télévision permet au foot de devenir le sport le plus spectaculaire et le plus répandu dans le monde.

En hockey, la qualité des terrains synthétiques a permi au jeu d’être plus rapide et plus spectaculaire.

Le sport féminin a beaucoup progressé.

 

Quelles autres compétitions ont marqué votre esprit ?

D’une manière générale, le foot n’écrasait pas les autres sports. Le sport était pratiqué par une minorité. Mais les grandes compétitions étaient : Le Tour de France avec Antonin Magne et Charles Pelissier, le Tennis, avec « les Quatres Mousquetaires », Jean Borotra, Henri Cochet, René Lacoste et Jacques Brugnon, vainqueur 6 fois de la Coupe Davis. Le cyclisme sur piste avec Lucien Michard. L’athlétisme avec Julien Ladoumègue au 1500 m, Jesse Owens au 100 m, 200m et Longueur. La natation avec Jean Taris. Le rugby, la boxe ou encore la lutte.

 

Côté cour :

-         Gazon ou salle ? Gazon (synthétique)

-         Plutôt côte du Rhône ou Bordeaux (vin) ? Rhône (Condrieu blanc), « château Grillet », Côte-Rôtie rouge ou Cornas.

-         Télé couleur ou noir et blanc ? Noir et blanc pour les films d’avant-guerre (Arletty, Gabin, Chaplin, Jouvet...). En couleur pour ceux d’après-guerre. Mettre en couleur la période 1933-1945, c’est faire disparaitre le côté angoissant de cette époque pour le faire ressembler aux défilés mascarades de la Corée du Nord.

-         Poste hockey préféré ? Demi centre

 

Que pensez-vous de la candidature de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques en 2024 ?

Je n’y vois pour ma part que des avantages. Tout semble avoir été prévu dans l’organisation de ces Jeux. La France en hockey devra se surpasser.

jouer ?

Vous recherchez un club, un comité ou une ligue ?
ou jouer
Cliquez sur votre région de résidence

Prochains rendez-vous

Coaching Performance 2018: 7 et 8 Sept. 2018 - INSEP - Paris
Fête du Sport: 21 Sept. 2018 - Base de loisir de Cergy
Comité Directeur: 5 et 6 Oct. 2018 - Segré (49)
Village Sentez-Vous sport: 29 Sept. 2018 - Parc de la Villette (75)
#RoadToBhuba - Stage Hommes: 17 au 19 Sept. 2018 - Wattignies Hockey Club
#HSO - Stage Dames: 12 au 14 Sept. 2018 - Wattignies Hockey Club

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY

Tour Gallieni II
36, avenue du Général de Gaulle,
93170 Bagnolet
Tél : 01 44 69 33 69
Métro : Gallieni (Ligne3)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.