Développement

 

La formation au service du développement : Le développement au service de l’échange…

 

Le 1er et 2 février, l’Académie de hockey de la F.F.H sous l’impulsion de la Commission Nationale de Développement (C.N.D), chapoté par un duo d’experts, (même s’ils n’aiment pas trop le terme..), Jean-Marc Champin et Jonathan Bernon ont convié les agents de développement pour un séminaire riche en partage.
1 jour et demi, au Creps de Chatenay-Malabry sous la grisaille ambiante, collectivement l’équipe s’est mise au travail autour d’une table rectangulaire dans la bonne humeur. Le programme est chargé pour ces femmes et hommes du terrain qui agissent localement pour le développement de notre discipline.
Ils travaillent trop souvent, en toute discrétion, dans l’ombre. Peut-être qu’ils ne font pas assez parler d’eux aussi surement que l’on ne parle pas assez d’eux. 
C’est l’occasion de rendre compte de leur travail et de se rendre compte que le développement est un investissement précieux pour notre avenir. Il se résume par le développement de la pratique sous toutes ses formes et par tous les publics. Une fois dis ça, on a rien dit… Et il reste beaucoup à faire.

 

 

Demandez le programme : la présentation s'impose

Accueil des stagiaires, qui sont agents de développement donc, employés par les Structures, Ligues, Comités Départementaux et clubs de hockey en France pour mettre en œuvre les axes de développement définis par la F.F.H, adaptés à leurs enjeux de territoires. Une vingtaine de personnes sont venus représentés cette « caste », petite locomotive (par les effectifs) qui vient donner du souffle dans le moteur pour "Créer, pérenniser, consolider, développer" 

L’équipe autour de la table ne se connaît pas forcément et c’est donc une priorité de ce regroupement, d’apprendre à se connaître, pour former un réseau et le dynamiser. Certains ont pris leur fonction depuis peu, et finalement l’organisation de l’échange met du temps à se mettre en place.    

 

Démarrons par le bilan des opérations pour la saison passée 2014-15.

Nous avons donc le socle de base, triptyque de la politique du développement axé sur la professionnalisation, le pass ok, la féminisation.
Les objectifs et résultats démontrent que la tâche est ambitieuse pour ces messieurs dames avec des moyens pas toujours suffisant. 

10% de pass ok et de licenciés  en plus par saison et 30% de part de féminisation dans nos adhérents en 2018.

En 2015, le dispositif du Pass ok remporte un franc succès et nous permet de grossir nos rangs de pratiquants de 25% supplémentaires. Il doit donc continuer à être mise en place et verra pour la saison 2016 une simplification de son mécanisme. …

La C.N.D a d’ailleurs travaillé sur l’automatisation du dispositif en ce sens. Le lancement de la plateforme se fera le 1 mars prochain via notre partenaire informatique Exalto. La première étape consistera essentiellement à simplifier l’approche et visera à améliorer le recensement des actions. La prochaine étape prévue pour la saison prochaine s’orientera davantage vers l’optimisation des passerelles clubs – Pass Ok > le pass-club. 

La transformation en licence se chiffre par une augmentation de 4,6%, et nous progressons (trop) lentement pour une meilleure représentation des femmes dans le hockey. (24,8%)

La professionnalisation et la formation se traduisent aujourd’hui par la mise en place d’une Académie de Hockey de la FFH, organisme de Formation. Celle-ci permet la mise en place d’actions de formation avec des aides financières pour y faciliter l’accès au plus grand nombre. La formation des agents de développement est une action phare de l’Académie.
Pour ce qui est de la professionnalisation, elle s’organise autour des structures employeurs et un accompagnement de la part de la C.N.D et des partenaires publiques à disposition.

 

La CND se professionnalise et s’illustre en actions

Le recrutement dans l’équipe DTN, de Jonathan Bernon, « couteaux suisse » C.T.N en charge du développement, cadre d’état, récemment diplômé du professorat de sport est la bonne pioche à plein temps pour la mise en œuvre du plan d’actions.

De nouveau, le souci de rassembler est donc leur leitmotiv. Cela se traduit en Journée Nationale du développement, Semaine nationale du hockey féminin, test pour la mise en place du label féminin en I.D.F, lancement du réseau et développement de proximité par la rencontre des Ligues pour suivre les conventions d’objectifs.
Tous ces moments d’échanges doivent faire l’objet pour le futur de plus de participation et de médiatisation parce que le constat est unanime après enquête, ces temps forts plaisent et font du bien.

Le tour d’horizon se conclue par la transmission des directives gouvernementales qui se sont imposées suite aux attentats en 2015. Le Sport est un enjeu de société. Il faut donc lui donner des moyens pour mettre en œuvre son plan citoyens. Le MJSVA et ses organes déconcentrés accompagnent les appels à projet qui répondent à cet enjeu. Il faut donc se positionner…
Dans ce cadre, le plan citoyens du hockey a vocation à être décliné à tous les échelons. Il vise à améliorer la prise en compte des valeurs citoyennes et à optimiser le potentiel éducatif et social du hockey. 
La formation, le recrutement de services civiques, la mise place d’initiatives dans les Quartiers Prioritaires de la Ville (Q.P.V) sont autant de leviers pour participer au mieux vivre ensemble.

Le tableau est (re)posé. La discussion est lancée.

 

Le hockey éducatif, levier de développement.
C’est parti pour le 1er thème à traiter qui va initier le débat.

Nous savons tous à peu près ce que cela veut dire mais ce sujet revient forcément sur la table parce que c’est aussi le point de départ de l’action. Vaste sujet donc, dont le traitement est inépuisable pour améliorer les étapes de réalisation d’un projet éducatif et sportif axé sur l’encadrement de l’activité et la formation des enseignants.
Il est donc toujours opportun de faire mieux dans ce domaine, d’engager des groupes de travail par cycle et d’enrichir un document de référence national. 3 heures lui seront dédiés en réunion, pour plus d’heures de hockey en milieu scolaire (maternelle jusqu’à Lycée).

Difficile de trouver une transition, pour basculer vers le thème suivant handihockey qui voit le jour depuis peu dans le périmètre d’intervention de nos participants.

 

Le handi hockey

Porté par Daniel Choquel, V.P en charge du développement, le handi hockey s’accélère doucement mais sûrement et c’est 1500 pratiquants qui peuvent découvrir le hockey adapté et fauteuil proposés par 10 structures fédérales.

La F.F.H a intégré récemment (janvier 2016) le projet « Special Hockey » de la Fédération Européenne. Sept nations sont actuellement mobilisées sur cet axe fort : Italie, Portugal, Hollande, Allemagne, Espagne, Belgique, France.

Deux types de pratiques sont ainsi mises en place :

  • le hockey pour les personnes en situation de handicap mental et/ou troubles psychiques : le hockey adapté (LD Hockey) ;
  • le hockey pour les personnes en situation de handicap moteur : le hockey fauteuil (Wheelchair Hockey).

En 2017, la F.F.H souhaite représenter une équipe de hockey adapté lors de la troisième Coupe d’Europe de cette pratique. Un rassemblement fédéral verra le jour en 2016 autour de cette thématique afin de rmobiliser tous les acteurs œuvrant pour ces personnes et tenter de mettre en place le premier tournoi français de hockey adapté.
La journée se termine par une démonstration et mise en situation de hockey fauteuil par Daniel Choquel. Son club, l’Iris Hockey Lambersart, a été le premier à promouvoir cette pratique et compte aujourd’hui une trentaine de membres après 3 saisons d’existence. Afin de dynamiser la pratique, le club opte pour des échanges inter-fédéraux avec notamment des clubs de rink hockey fauteuil, street hockey fauteuil ou encore des associations d’étudiants (ex : EASI Grenoble).
Une belle piste de développement donc...

 

Jour 2, d’autres sujets indispensables ont animé la séance.

Malgré le délai toujours trop court pour évoquer les questions à l’ordre du jour, la matinée est consacrée à la présentation de la nouvelle plateforme FFH développement, ainsi qu’au développement hockey féminin.
Pour ces 2 sujets regroupés, il est avant tout question de partages d’expériences, d’échanges d’outils.

La plateforme va servir dans le futur de base pour dynamiser de réseau tout au long de l’année.

Petit laïus, pour insister. Le hockey doit se distinguer au féminin et se conjuguer au quotidien.  C’est le message à faire passer, accompagnée des objectifs associées à la semaine nationale du hockey féminin qui aura lieu du 8 au 15 mars 2016. Au goût des 3 représentantes féminines autour de la table, le sujet n’est pas assez « développé ». Nous en reparlerons donc encore et encore dans les prochaines semaines avec plus d’attention. C’était seulement une mise en bouche…

Pause déjeuné avant un après-midi consacré à la prise de parole par 3 de nos agents pour un focus terrain sur 3 thématiques triées sur le volet.  (Projet / Q.P.V / Baby Hockey)

Structuration d’un projet qui a permis de cadrer la mission d’intervention de Gildas Legendre pour la Ligue Régionale de Bretagne.
Une synthèse d’un travail qui a pris 6 mois pour se construire en interaction avec les parties prenantes du « coin » pour concrétiser ce poste. Au vu de la densité des slides, il y a du boulot en perspective et une meilleure compréhension de la méthodologie à engager.  Preuve en est aussi du contour large à couvrir de cette mission. 

Passage de témoin à Jean-Claude Schinle, éducateur sportif et Directeur du développement du CD 13 qui met l’accent chantant pour nous parachuter dans les quartiers Nord de Marseille (QPV). Ambiance chaude pour témoigner d’une collaboration de 2 ans de travail sans discontinuité avec le centre social d’Air bel et le CD13 formalisé par une convention. Terrain de jeu au milieu des cités, le hockey fait son « trou » et séduit les filles, trop souvent exclues en dehors des mains courantes par les autres disciplines. Là aussi, l’histoire de ce territoire mériterait une attention plus soutenue comme l’impose ce public ciblé entre 5 et 14 ans qui ne demande qu’à être entendu. Le travail doit nécessairement se faire dans la durée et les retombées - au-delà des chiffres - donnent du sens à l’action pour continuer.

Dernière intervention, pour faire de la place aux tous petits dans le cadre du développement des autres formes de pratiques : Baby Hockey (Soit moins de 6 ans) lancé depuis 4 ans par Rémi Delemarle. Cette section est source de développement pour un club récent (Vimy). C’est un succès majeur car pour cette 4ème année la section compte 17 enfants.

L’intérêt porté pour ce public se mesure rapidement. Le pour l’emporte largement pour se poser la question de sa mise en œuvre.  Au-delà de l’augmentation du nb de licenciés évident, il nous donne une longueur d’avance sur la ligne de départ avec les autres sports collectifs (Peu d’offres et de structures proposent du sport pour cette catégorie d’âge) et donc un avantage concurrentiel pour fidéliser, établir un lien avec les parents et intensifier la vie du club. Pour cela, l’encadrement, la pédagogie, l’animation ludique des séances tâcheront de développer la motricité de l’enfant en l’initiant aux rythmes d’un entraînement. Les conditions sont réfléchies pour la suite, du baby aux poussins.

 

La conclusion de ces 2 journées s’achève enfin.

Un mot sur la communication. Ce séminaire sous le signe de l’échange et du partage, nous a donné l’espace-temps pour engager un processus de compréhension des besoins des agents de développement. Ils sont souvent isolés dans leur problématique. A nous de poursuivre pour répondre mieux à leurs requêtes : rendre compte et se rendre compte que le développement doit être un travail commun de coopération.  

Le mot de la fin revient à Jonathan

Le contenu de cette 1ère édition était très vaste dans la mesure où la C.N.D souhaitait identifier les besoins de chaque professionnel. Il conviendra donc à l’avenir de cibler cette action sur une seule thématique avec la possibilité de créer deux ou trois séminaires annuels.
Le point essentiel de ces 2 jours reste l’échange et le partage d’expériences.

Le développement est bien souvent un travail trop « isolé » qui s’appuie sur 4 piliers majeurs :

  • un ou plusieurs élus mettant en œuvre une politique volontariste en matière de développement ;
  • un ou plusieurs professionnels : des connaissances et compétences au service du développement ;
  • un club à proximité permettant de créer du lien entre des activités externes (écoles par exemple) et le milieu fédéral ;
  • des moyens logistiques et financiers.

Le fait de pouvoir partager des expériences avec d’autres professionnels est une source de motivation. Cette notion est valable pour toutes les thématiques abordées au sein de nos structures fédérales. Il est primordial d’améliorer la communication au sein de notre réseau. L’avenir de notre sport en dépend.

Le développement est la base de notre système. Il doit être intégré par tous et pour tous ! Le calendrier de la C.N.D pour la saison prochaine vous sera communiqué en fin de saison.

Un grand merci à tous pour l’intérêt que vous portez au développement ! 

 

Rédacteurs : Aurelie MORIN et Jonathan BERNON 

 

 

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY

Tour Gallieni II
36, avenue du Général de Gaulle,
93170 Bagnolet
Tél : 01 44 69 33 69
Métro : Gallieni (Ligne3)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.