Accueil

Fédération F.F.H.

Jouer au Hockey

Hockey pour tous

Académie du hockey

Haut-niveau

Championnat

Les 100 ans

MEDIA & Sponsoring

Rechercher

Fédérale

Joueuse en équipe de France et externe en médecine, Victorine Vankemmel nous partage son quotidien au travail, entre déceptions et nouveaux challenges.

 

"Je suis confinée comme tout le monde mais j’ai l’opportunité et la chance d’aller me rendre utile dans un service qui m’aide à réaliser que malgré ce que les médias nous font passer comme informations, aussi tristes qu’anxiogènes, la vie continue…des enfants voient le jour, des parents sautent de joie et des soignants donnent de l’espoir…"

 

 67868060 2800743093272571 5996906331091501056 o

Victorine Vankemmel (à droite) - Emma Ponthieu (à gauche)

 

Bonjour Victorine, peux tu te représenter et nous rappeler ton historique dans le hockey ?  

 

Je m’appelle Victorine, j’ai 23 ans, je suis en cinquième année de médecine et j’ai, il me semble, 18 années de hockey au compteur.

J’ai eu le plaisir de grandir au LUC Ronchin avant d’aller rendre visite à nos voisins anglais pour deux saisons, à mes 14 puis à mes 19 ans. Plus récemment, le Lill’hoc m’a chaleureusement accueillie avant que je me lance en DH belge rejoindre le White Star à Bruxelles avec qui je vais commencer ma 2ème saison. 

J’ai fait les classes équipe de France jeunes et j’ai décroché ma première sélection en Équipe de France A féminine en juin 2015 contre la Hollande, championnes olympiques en titre… « first cap mémorable »…pour plein de raisons !

 

Tu es en 5ème année de médecine, comment cela se passe pour toi en cette période ? 

Habituellement, les externes, ici à Lille, alternons 6 semaines d’enseignements à la fac et 6 semaines de stage à l’hôpital. On peut se retrouver en stage en laboratoire d’anatomopathologie ou en milieu pénitentiaire, comme en service de réanimation.

Avec le COVID-19, il y a eu pas mal de changements : nos stages annulés, nos cours à distance, nos examens écrits décalés, nos examens oraux abrogés… 

Mais avant même fin mars l’hôpital a demandé à la faculté de maintenir une mise à disposition des externes. Nous avons donc reçu des plannings à combler, sur base de volontariat, dans les services où les externes s’avèrent indispensables. 

Dès la première semaine de confinement, plus de la moitié des externes (ou plus jeunes encore, les 2èmes et 3èmes  années aussi, dont mon petit frère) se sont portés volontaires pour prendre des postes dans les services concernés. 

 

Vic VANKEMMEL

 

Quant est il pour toi ? Dans quel service te retrouves tu ? 

Pour ma part j’ai postulé aux urgences de la maternité de Roubaix, près de chez mes parents chez qui je passe un joyeux confinement avec mes frères. J’ai la chance d’y être déjà passée en stage l’année dernière, je connais bien le service et, petit bonus, la gynécologie-obstétrique est une spécialité qui m’intéresse vraiment.  

Il y a une aile du service dédiée aux cas COVID-19 mais je n’ai pas à y mettre les pieds. Je suis postée aux urgences où j’accueille les patientes de 8h à 18h ou de 8h à 8h…en pratique je ne perçois pas d’énormes différences imposées par le COVID-19 si ce n’est une attention particulière portée aux normes d’hygiène, qu’en tant que soignant nous devions déjà appliquer, et aussi sûrement l’afflux de patientes plus inquiètes et anxieuses pour leur santé et celle de leur enfant à naître. 

J’aide aussi au bloc opératoire pour les césariennes et je peux suivre des accouchements physiologiques en salle de travail avec une sage femme quand l’activité des urgences le permet ! 

En fait, je suis confinée comme tout le monde mais j’ai l’opportunité et la chance d’aller me rendre utile dans un service qui m’aide à réaliser que malgré ce que les médias nous font passer comme informations, aussi tristes qu’anxiogènes, la vie continue…des enfants voient le jour, des parents sautent de joie et des soignants donnent de l’espoir…

 

Quels conseils donnerais tu à notre communauté du hockey ? Ou quels messages souhaites tu faire passer ? 

Quel conseil je donnerais…

Je dirais qu’il est bon de se rappeler que « this too shall pass »…

Et que, la santé peut être un des biens les plus précieux, il ne faut pas laisser ce qu’elle peut impliquer de négatif prendre le dessus et devenir des soldats apeurés.

Prenez bien soin de vous, n’oubliez surtout pas de rêver et très bientôt on se retrouve sur les terrains de hockey !!!!!!

 

 

 

 

 

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY
102 avenue Henri Barbusse
92700, Colombes
Tél : 01 44 69 33 69
Transports : Les Vallées (ligne L)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.