Accueil

Fédération F.F.H.

Jouer au Hockey

Hockey pour tous

Académie du hockey

Haut-niveau

Championnat

Les 100 ans

MEDIA & Sponsoring

Rechercher

Equipe de France Féminine

Janvier 2021 marque la fin d’une période de trois mois intenses pour les A Dames de Gaël Foulard. Retrouvez le résumé des 3 derniers mois des Bleues avec des entretiens réalisés avec le coach, la capitaine Emma Ponthieu ainsi que Yohan Auger, préparateur physique de l’équipe.

 

Capture décran 2021 01 15 à 15.45.30

 

Une année 2020 bouleversée 

L’année 2020 a été particulière pour les joueuses de Gaël Foulard. Emma Ponthieu, capitaine de l'équipe de France, nous résume l'année 2020 en dent de scie : 

"L’année 2020 avait bien débuté avec un très bon stage de préparation à Antibes, entrainements, séances physique et 3 matchs amicaux contre le Pays de Galles. Après ça, le confinement est vite arrivé. Même si on a pas pu jouer au hockey pendant plusieurs mois, on a beaucoup travailler physiquement. Notre préparateur physique avait établi un programme avec 4 à 6 séances par semaine ça nous a donc permis de continuer à travailler et d’arriver en forme pour le début de saison avec les clubs. Et à partir de septembre nous avons pu nous regrouper plusieurs fois en Belgique et au Creps de Wattignies."

De septembre à octobre, le head coach a axé son programme sur la pratique hockey axé sur la technique individuelle et individualisée. C’est à partir de novembre que la partie physique est devenue maître mot des stages. Au sein des infrastructures du CREPS de Wattignies, les filles se sont regroupées 6 fois. Gaël nous explique : « Nous avons surtout ciblé le travail sur la partie physique avec 6 stages quasi et exclusivement consacrés pour certains à la préparation physique dans son ensemble où Yohan AUGER, le préparateur physique, a pu disposer de l’ensemble des filles et pu mettre en œuvre son programme en mettant l’accent sur les éléments primordiaux qu’il souhaitait développer ». 

 

b76703cb d16c 46ca a616 1ca8df07f48f

Training Hockey au CREPS de Wattignies - 15/01/21

 

Le travail d’équipe pour le développement des A Dames 

Lors de ces stages, le staff des Bleues a pu bénéficier de l’appui de Dorian HOAREAU (Analyste vidéo de l’équipe) mais aussi ancien athlète et également entraîneur d’athlétisme. Gaël poursuit : « Grâce à ce binôme complémentaire et travaillant de concert, nous avons pu effectuer un travail qualitatif, productif nous permettant de bien avancer dans notre programme. Ce travail va assurément payer et nous permettre de passer un cap dans notre préparation en vue de la coupe d’Europe de Prague en août prochain ». 

Même si les chiffres et l’observation confortent le staff dans sa recherche d’aller dans la bonne direction, il n’en reste pas moins que la vérité reste celle du terrain : « Nous devions jouer contre le Pays de Galles fin janvier à Antibes comme depuis 2 ans mais malheureusement, cela ne se fera pas en raison de la situation sanitaire actuelle. C’est fort dommage car nous avions ciblé ce « stage-match » comme point étape d’évaluation et d’analyse de notre programme pour valider ou réorienter si besoin en quelque sorte tout le travail fourni depuis 3 mois. Ce n’est que partie remise… ». 

L’évolution de l’équipe va dans le bon sens et le travail de Yohan Auger paie car l’ensemble de l’équipe a pris plus de deux points de VMA en un an, ce qui est « énorme » selon le staff. Des évolutions physiques ont été importantes chez certaines filles. « Cela est d’autant méritoire dans la période que nous traversons avec les difficultés rencontrées parfois pour s’entraîner dans les meilleures conditions » nous dit Gaël. 

En effet, Yohan Auger, préparateur physique de l’équipe de France féminine depuis novembre 2018 nous explique son procédé : « Nous avons mis depuis le 12 octobre à Bruxelles, grâce à MyCoach Pro, le suivi à distance des filles. Elles remplissent un questionnaire chaque jour sur la plateforme. De plus, cela permet de communiquer plus rapidement les blessures. » Le plus difficile est l’impossibilité d’aller aux salles pour la plupart des joueuses de l’équipe de France féminine dû aux restrictions sanitaires. Les stages permettent d’utiliser la salle et de faire des testing du côté du staff tout en respectant les conditions sanitaires.

 

Capture décran 2021 01 15 à 15.59.41

Victoire Arnaud - 15/01/21

 

Un investissement des filles remarquable

Durant cette période, les coéquipières d’Emma ont été remarquables d’investissement et d’implication. Emma nous explique le gros travail physique réalisé ces derniers mois : "C’est vrai que c’est pas évident de ne pas du tout jouer au hockey mais on sait qu’on doit passer par là si on veut arriver à nos objectifs. Et souffrir toutes ensembles c’est plus sympa". 

La prise de conscience collective de l’importance du travail physique ainsi que des efforts à fournir pour progresser sans cesse est maintenant bien ancrée et acceptée de toutes. Gaël confirme : « Tout le monde vient avec le bon état d’esprit, avec l’envie et la motivation de se faire mal pour se donner toutes les chances de réussir. L’état d’esprit est positif et personne ne triche pendant les séances. Tour le monde se tire la bourre. Seule façon d’avancer et de pouvoir répondre présent aux exigences du haut niveau… ». 

Nous avons demandé au préparateur physique comment il percevait les progrès : « Les progrès sont visibles. Elles ont fait un effort considérable sur leur alimentation. Elles ressemblent de plus en plus à des athlètes de haut niveau. Les résultats progressent notamment sur le cardio. Pour la musculation, le manque de salle empêche la progression optimale. Nous pouvons et nous allons rattraper cela ». Il poursuit : « Je tiens à féliciter les filles, elles n’ont pas été lâchées malgré la répétition et les différents programmes. Elles n’ont pas eu beaucoup de vacances depuis un moment. Garder le moral comme elles le font, c’est remarquable. Elles s’investissent énormément pour les JO 2024, en groupe. ».

 

Capture décran 2021 01 15 à 15.57.04

Training Hockey - 15/01/21

 

Un été qui s'annonce chargé 

Un deuxième stage se prépare en ce moment même au CREPS de Wattignies. Suite à ce regroupement, les joueuses repartiront en club pour poursuivre la deuxième partie de leur championnat respectif. Durant ces championnats, de courts rassemblements en équipe de France seront prévus pour continuer la progression et les efforts fournis. Emma Ponthieu nous explique l'étape post-championnat : "Après ça, la préparation pour le championnat d’Europe va réellement commencer au mois de mai. Pendant les mois de mai, juin et juillet, nous alternons entre semaine de stage hockey et semaine de préparation physique. L’été va être très chargé !"
Tout les efforts sont tournés vers cette coupe d'Europe. Emma explique : "L’objectif est clairement défini depuis le début : la coupe d’Europe en août. On en parle depuis longtemps et on sait que c’est une compétition très importante pour nous. Le résultat va déterminer notre place au classement mondial et nos qualifications pour les prochaines échéances et surtout les JO de Paris en 2O24. On sait ce qu’on a à faire et on va tout faire pour atteindre nos objectifs."

 

La coupe d’Europe II se déroula en août à Prague. De plus, l’équipe de France a peu l’occasion de se préparer avec des matchs.  Les mois de février, mars et avril seront optimisés pour les championnats nationaux tandis que les mois de mai, juin et juillet seront plus denses pour la préparation du championnat d’Europe. Merci à Emma, Gaël et Yohan pour ces entretiens. 

 

 

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY
102 avenue Henri Barbusse
92700, Colombes
Tél : 01 44 69 33 69
Transports : Les Vallées (ligne L)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.