Equipe de France masculine

Vainqueurs lundi de la Chine au terme d’un match qu’ils ont largement dominé mais où ils ont pourtant tremblé jusqu’au bout, les Français ont gagné leur place en quart de finale. Ils défieront mercredi l’Australie, la meilleure équipe du monde.

Ils l’ont fait !

En s’imposant face à la Chine (1-0), les Français ont gagné leur billet pour les quarts de finale de la Coupe du monde. Victorieux de l’Argentine championne olympique au match précédent (5-3), les Bleus étaient particulièrement attendus ce lundi et même quasi favoris face à la Chine, 17e mondiale. Une étiquette pas toujours facile à porter mais qu’ils ont su justifier devant les 10 000 spectateurs du Kalinga Stadium de Bhubaneswar (Inde). Dominatrice mais souvent en difficulté au moment de conclure, la France a su relever le défi pour atteindre l’objectif fixé en début de compétition : une qualification pour les quarts de finale.

« Ce fut un match très dur mais nous y étions préparés, commente le capitaine Victor Charlet. Nous voilà dans le top 8 mondial. C’était l’objectif de début de tournoi, il est atteint. C’est incroyable pour le hockey français. »

Le défi du jour : percer la muraille chinoise symbolisée par le très performant gardien Guo Xiaoping et se préserver des redoutables contre-attaques. D’entrée, la France prenait le match du bon côté avec quatre Penalty Corner (PC) dès la 2e minute. Mais les tentatives de Victor Charlet étaient contrées par les défenseurs ou le gardien.

En début de deuxième quart temps, une grosse action de Charles Masson suivie d’une frappe de Blaise Rogeau déviée de peu à côté par Gaspard Baumgarten laissait espérer l’ouverture du score. En vain. Une seule alerte à noter dans le clan tricolore, à la 21e minute, avec E. Wenhui, seul au deuxième poteau, tout près de reprendre la balle. La domination des Bleus se poursuivait avec une raclette de Jean-Baptiste Forgues déviée par Maximilien Branicki sur le poteau.

La délivrance allait arriver à la 36e minute. Sur l’aile gauche, Viktor Lockwood, qui fêtait sa 100e sélection, réalisait une superbe percée et trouvait Branicki. Sa frappe était déviée par le benjamin des Bleus (18 ans), Timothée Clément, parfaitement placé en embuscade devant le but pour sa deuxième réalisation du tournoi.

Deux nouveaux PC dans le dernier quart temps et quelques belles opportunités auraient pu permettre à la France de se libérer. Mais les Tricolores se sont pourtant fait peur. Malgré une supériorité numérique (les Chinois ont même fini à 9) et l’absence du portier adverse dans les trois dernières minutes, ils ont tremblé jusqu’au bout. Peu sollicité durant toute la rencontre, le gardien Arthur Thieffry sortait alors deux arrêts consécutifs sur PC. Dernières frayeurs avant le coup de sifflet libérateur. Vingt-huit ans après sa dernière participation à une Coupe du monde, marquée par une 7e place, revoilà la France en quart de finale.

« C’est juste un kiff comme disent les joueurs, même si la manière n’était pas là, commente Xavier De Greve, entraîneur adjoint de l’équipe de France. On a fait un énorme match technique et tactique contre l’Argentine, et là, on a failli tomber dans le panneau comme l’ont fait d’autres grandes nations comme l’Irlande ou l’Angleterre (2 matches nuls). C’est passé tout juste, mais c’est passé et c’est bien le principal. C’est fabuleux d’être en quart de finale de la Coupe du monde, en étant classé 20e mondial. »

Même satisfaction chez les joueurs. « Ça fait du bien, lâche Nicolas Dumont, arrière des Bleus. On s’attendait à un match difficile, on l’a eu, et jusqu’au bout. Les cinq dernières minutes ont été assez stressantes. On a grandi mentalement et on a su gérer ce match comme il le fallait. Nos matches de poules nous ont permis de gagner de la confiance, on sait qu’on peut gagner contre n’importe quelle équipe. » « C’était vraiment trop stressant, poursuit Hugo Genestet. Quand on ne se met pas à l’abri, ça devient tendu. C’était chaud, mais c’est bon, c’est passé. Je suis soulagé. On méritait de gagner, ça aurait été vraiment con d’aller aux shoot-out (pénaltys). Quart de finale de coupe du monde, c’est un truc de ouf, c’était l’objectif qu’on s’était fixé, alors maintenant, on va jouer à donf. »

Pour sa 100e sélection, Viktor Lockwood ne rêvait pas d’un plus beau cadeau. « Il y avait une petite malédiction des 100e où on prenait une branlée, la malédiction est rompue, sourit-il. C’était dur mais on a été patients, on a eu les occasions. Je suis super content, très heureux, soulagé. On est en quart de finale de la Coupe du monde. »

 

L’armada australienne sur le chemin

Mercredi, à 14h30 (heure française), les Bleus trouveront face à eux la meilleure nation mondiale. Victorieuse des deux dernières Coupes du monde (finaliste des deux précédentes), l’Australie est un ogre. Premiers de leur poule avec trois victoires en trois rencontres, 16 buts marqués (dont 11 contre la Chine) et un seul encaissé, les Australiens, également sur le podium des Jeux olympiques depuis 1992 (en or en 2004), à l’exception de la dernière édition à Rio (6e), font figure d’épouvantail.

« On a fait un exploit contre l’Argentine, il faudra réaliser un nouvel exploit contre l’Australie, y’a pas le choix, prévient De Greve. Mais on est capables de tout. » Pour entretenir l’espoir d’un succès, les Bleus se souviendront sans doute du dernier affrontement, le 11 juillet 2017, en World League 3. Ce jour-là, les Tricolores ne s’étaient inclinés que 2-3 après avoir même mené 2-0. « On a tapé les champions olympiques, maintenant on va jouer les champions du monde, note Lockwood. L’Australie est double championne du monde, mais la dernière fois qu’on l’avait jouée, on avait mené 2-0. Il faudra jouer comme contre l’Argentine. » « L’Australie impressionne depuis le début de la compète, elle est super costaud, éclaire Genestet. Mais franchement, on peut perturber tout le monde avec notre jeu, avec notre « presse ». On va y aller sans pression, sans complexe, on va essayer de les accrocher. Pourquoi pas créer l’exploit ? On y va jusqu’au bout maintenant. »

 

--------------

Poule A

Jeudi 29 novembre : Argentine – Espagne : 4-3 ; Nouvelle-Zélande – France : 2-1

Lundi 3 décembre : Espagne – France : 1-1 ; Argentine – Nouvelle-Zélande, 3-0

Jeudi 6 décembre : Espagne - Nouvelle-Zélande, 2-2 ; Argentine – France, 3-5

Classement : 1. Argentine, 6 pts (+2) ; 2. France, 4 pts (+1) ; 3. Nouvelle-Zélande, 4 pts (-2) ; 3. Espagne, 2 pts (-1).

Match à élimination directe

Lundi 10 décembre : France - Chine : 1-0 (barrages)

Mercredi 12 décembre : Australie - France (quart de finale)

---------------

Les Bleus à suivre sur la Chaîne L’Equipe


La chaine L’Équipe assure la diffusion de tous les matches de l’équipe de France ainsi que des demi-finales et de la finale, avec ou sans la France. Le match face à l’Argentine est programmé ce jeudi soir à 20h45. Les journalistes Benoit Cosset et Nicolas Loth ainsi que l’international Simon Martin Brisac seront aux commentaires des rencontres des Bleus.

 

 

(c) Yan Huckendubler 

 

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY

Tour Gallieni II
36, avenue du Général de Gaulle,
93170 Bagnolet
Tél : 01 44 69 33 69
Métro : Gallieni (Ligne3)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.