Equipe de France masculine

On n’aurait pas pu écrire plus beau scénario pour l’équipe de France de hockey : Les regrets pour des Kiwis mal digérés, L’espoir renaît suite au match nul contre l’Espagne, La gloire après l’exploit sur l’Argentine, championne olympique. Puis l’accession aux quart de finales en franchissant la Muraille de Chine. Enfin une sortie la tête haute malgré la défaite contre l’Australie, double-championne du monde en titre.

" Cette Coupe du Monde, on l’attendait, on la préparait, il s’agissait finalement de la vivre !

 

Un énorme engouement populaire

Chaque jour le stade Kalinga de Bhubaneswar (15000 places) se remplissait pour être plein pour le 2e match quotidien. Le marché noir a très bien fonctionné, des places à 250 roupies se revendant 1000 à 2000 roupies selon la presse (80 roupies = 1€). La population de l’état d’Odisha se passionne pour le hockey, c’est extraordinaire. Un public de connaisseurs vibrant comme nulle part ailleurs pour chaque action offensive et encore plus lorsqu’il s’agissait des Indiens.

Le ton est donné lors de la cérémonie d’ouverture pleine de couleurs et avec la présence des stars du Bollywood. On a pu observer une organisation sans faille avec bus et voitures mis à disposition des délégations et des présidents, une approche très professionnelle, une couverture médiatique impressionnante. La Coupe du monde a été suivie par tous les journaux locaux et nationaux, par la chaîne sportive Star Sports. Même le magazine d’Air India traitait sur 4 pages l’évènement. La mise en scène a été minutieusement préparée: feu d’artifice pour chaque but, village, animations, fan zone … 65 ramasseurs de balles entraînés et venant des 3 centres de hockeyeurs juniors d’Odisha. Les alentours du stade Kalinga sont décorés à la gloire des stars du « Hockey » : fresques, affiches. On identifie très bien le portrait de notre Hugo national sur "5 mètres sur 5" tandis que Victor Charlet pose avec les autres capitaines devant le temple de Najarani sur une immense affiche. De nombreux travaux ont été entrepris comme l’aménagement de pistes cyclables et la mise en place d’un « Vélib ».
La Coupe du monde a été l’occasion pour l’état d’Odisha du lancement de plusieurs projets d’amélioration des infrastructures sportives et urbaines. Femmes, hommes, enfants se mélangent dans les tribunes et les écoles optent pour la pratique du hockey. Le gouvernement d’Odisha a mis en place le « World Cup Sports Festival » afin d’encourager la pratique sportive encore très faible en Inde mais aussi des festivals culturels et d’arts.

On a vécu « Hockey » comme jamais, que d’images prégnantes resteront gravées dans nos mémoires !
Il nous en manque certainement, principalement celles de tous les supporters de l’équipe de France devant leur petit écran dans leur club, dans un bar, chez des amis ou tout simplement chez soi, en train de vibrer aux exploits de nos Bleus.
La cérémonie de clôture s’est terminée par un feu d’artifice magistral avec la présence de la légende du cricket, Sachim Tendukar et du gouverneur de l’état d’Odisha, Naveem Patnaik.

 

Retour sur la préparation de l’équipe de France

Revenons à la performance de l’équipe de France mais principalement pour l’expliquer et non la commenter, ce qui a déjà été fait. Plus de 100 jours de préparation puis 1 mois à Bhubaneswar pour l’étape finale et la Coupe du Monde : un record ! Notre message est simple : pas question de « gérer de la pénurie, offrons à l’équipe de France les conditions de la performance pour réussir ».

  • Un accent est porté sur les entraînements : plus de fréquences pour davantage de rétention ; plus d’accompagnement pour des séances spécifiques de préparation physique avec Franck Grondin. Mise en place de stages délocalisés avec l’encadrement technique et un appui médical : Xavier De Grève au Waterloo Ducks et Aymeric Bergamo sur le CA Montrouge. Les stages traditionnels seront principalement organisés dans la région lilloise mais le premier en janvier 2018 à Antibes aura marqué les esprits par son originalité.
  • Le nombre de matchs de prépration a été pulvérisé soit 26 dont Pays de Galles (3), USA (2), Belgique (2), Pays-Bas (2), Irlande (3), Tournoi de Düsseldorf (Argentine, Allemagne, Irlande), Angleterre (2), Canada (4), Afrique du Sud (4), Pakistan.
  • Enfin, 2 tournées (Canada, Afrique du Sud), 1 tournoi en Allemagne pour renforcer la dynamique de l’équipe.

 

 

Bilan et perspectives

Jeroen Delmee lors de sa réunion de bilan déclare que « ce résultat en Coupe du Monde, ce n’est pas la chance mais bien les conséquences d’une grande charge de travail. Cet évènement aura apporté une somme d’expériences conséquente. Il faut reconnaître que nous ne sommes pas encore au niveau des équipes du top 4 mais on s’en approche. Les bonnes questions sont : que faut-il faire pour les rejoindre. » On pourrait retenir 3 points essentiels :

  • Un accent devra être porté sur la prépration physique. Nos joueurs étaient prêts physiquement mais il faudra renforcer le développement de la puissance qui fait la différence entre le top 4 et les autres.
  • L’autre point sera d’améliorer encore la technique individuelle et l’exécuter avec davantage de vitesse et de précision ainsi que les connexions semi-collectives pour plus de fluidité.
  • Enfin il va falloir maintenir la culture de la charge de travail impulsée par Jeroen Delmee. « Nous aussi avec les Pays-Bas, nous devions en permanence réapprendre et recevoir une forte dose d’entraînement car on oublie très vite » a-t-il déclaré.

C’est vrai tout avait mal commencé avec cette défaite face à la Nouvelle-Zélande. Suite à son observation du match Espagne-Argentine, Xavier De Grève s’adresse aux Bleus dans le vestiaire, la tête dans les chaussettes : «  Vous avez les moyens de battre vos futurs adversaires ». Le staff a su convaincre et les joueurs ont retrouvé leur confiance. "On connaît la suite."

 

Le modèle Belge

Nos amis Belges, champions du monde (un peu grâce à nous car nos kinés sont allés les masser la veille de la finale) nous serviront encore plus de modèle que par le passé. Un titre révélateur dans le Times of India : « Comment la Belgique a impulsé la révolution française ». En d’autres termes, 13 joueurs sur les 20 partis en Coupe du Monde jouent dans les grands clubs belges (+1 aux Pays-Bas), le T2 du staff tricolore (Xavier De Grève) est lui aussi Belge et est le coach des Waterloo Ducks, enfin 3 joueurs ont la double nationalité et ont été sélectionnés en U21 (Charles Masson et Maximilien Branicki) ou A (Nicolas Dumont) en Belgique. "Nous devons nous servir de ce modèle et de son championnat pour progresser et surtout bien préparer notre ligue nationale avec les clubs français pour être capable d’accueillir nos internationaux entre les JO de Tokyo et de Paris."

 

Analyse et résultats de la Coupe du Monde

La Belgique, modèle de contrôle du jeu selon Aymeric Bergamo (T3) est championne du Monde devant les Pays-Bas qui aura bien perturbé ses adversaires en adoptant des plans tactiques appropriés.
L’Australie, monstre de puissance en a fait les frais et méritait sa place en finale. Elle a voulu le prouver en corrigeant (8-1) en match 3-4ème place l’Angleterre, très chanceuse sur son parcours pour accéder aux demi-finales.
Deux grands absents dans ces demi-finales. Evidemment l’Inde car on ne rêvait que de revoir un stade en ébullition soutenir son équipe nationale et son jeu décrit « de folie » par Aymeric mais parfois laissant des ouvertures à ses adversaires et bien sûr l’Allemagne avec ses joueurs talentueux mais inconstants par moment. La différence entre ces équipes se fait au niveau de la puissance, l’efficacité et le talent de joueurs du gardien de but aux attaquants.

Belgique, Australie, Pays-Bas et Allemagne s’approprient le top 4 mondial sur le plan sportif (et non sur le fameux ranking FIH qui devrait d’ailleurs changer en avril 2019). La France qui se classe 8ème de la compétition (5e européene)  (Argentine 7ème par son classement en poule) est une équipe reconnue extrêmement bien structurée défensivement et offensivement et posant ainsi des problèmes, même à la grande Australie. Tactiquement au point, nous avons donné précédemment les points essentiels à développer pour passer un nouveau cap et se rapprocher du top 4.
Notre équipe de France s’est faite une place dans le groupe suivant emmené par l’Inde puis par des nations en déclin comme l’Argentine et l’Angleterre. On y ajoutera des équipes plutôt en stagnation telles l’Espagne, la Nouvelle-Zélande, l’Irlande, le Canada, la Malaisie, le Pakistan ou en progrès comme le Japon.

Le meilleur joueur de la Coupe du Monde est Arthur Van Doren (Belgique) tandis que Pirmin Blaak (Pays-Bas), exceptionnel face aux Aussies en demi-finale est nommé meilleur gardien de but. Même si le terrain freinait la vitesse des PC, 2 tireurs se partagent le classement des meilleurs buteurs : l’Australien Blake Govers et le Belge Alexander Hendrickx.

 

Remerciements

Evidemment d’abord aux 30 joueurs qui ont participé à la préparation, au staff composé de 9 personnes à Bhubaneswar : le Head coach et ses 2 coaches adjoints, 1 manager (A François), 1 préparateur physique (F Grondin), 1 analyste vidéo (A Guignard), 1 médecin (C Popineau) et 2 kinésithérapeutes (S Lebris, V Rabec). S’ajoutent 2 autres kinés dans la préparation : Rémi Dietrich et Benjamin Boone.

Ensuite à la trentaine de supporters français venus sur place pour encourager nos Bleus, certainement avec l’Australie, la délégation la plus remarquée. Evidemment aux supporters sur les réseaux sociaux qui ont fait exploser tous les scores.

Puis à la fédération pour avoir offert à l’équipe de France les moyens pour mettre en œuvre les conditions de la haute performance mais aussi pour avoir parié sur une communication professionnelle sur place (avec Peggy Bergère), à Bagnolet (avec Charlotte Boudieux, Céline Gentrey et le service COM). Sans oublier le Ministère des Sports qui nous soutient et nous accorde sa confiance.

Mais aussi à la fédération indienne pour son accueil exceptionnel.

Enfin merci à Simon Martin-Brissac, grand absent au sein du collectif France cette année pour ses commentaires avec la chaîne Lequipe.TV, qu’on associe d’ailleurs à nos remerciements.

La Coupe du Monde s’est terminée en feu d’artifice pour la Belgique. Nos héros tricolores sont rentrés après 26 jours passés à Bhubaneswar.

En février, place à l’équipe de France Féminine pour des test-matches face à l’Inde à Chandigarh.

 

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY

Tour Gallieni II
36, avenue du Général de Gaulle,
93170 Bagnolet
Tél : 01 44 69 33 69
Métro : Gallieni (Ligne3)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.