Dans la peau, ou dans la tête

Après l'interview de Louis André, voici celle de la capitaine de la Villa Primrose (N1 Dames), Chloé Lapadu, bordelaise de 24 ans. Elle nous parle de son amour pour la Villa Primrose et de son rôle important auprès des jeunes joueuses. Un seul leitmotiv: travail et plaisir. Cette passionnée de sport se plaît à faire connaître le hockey sur gazon qui "mérite d'être connu et reconnu". Interview au long cours, avec Chloé Lapadu, capitaine de la Villa qui nous ouvre ses portes...

 

 

 
Chloé Lapadu, avec le brassard de capitaine de la Villa Primrose

 

Bonjour Chloé, peux-tu te présenter rapidement ?

J’ai 24 ans. Je vis à Bordeaux et je viens de terminer mes études en communication.

 

Comment et ou as-tu commencé le hockey ? Dans quel club joues-tu ?

Je joue actuellement à la Villa Primrose Bordeaux.
C’est un club de sport avec une double section : tennis et hockey. Primrose c’est comme ma deuxième maison, ma mère est professeur de tennis, j’ai grandi là bas.
J’ai commencé le hockey sur le tard, mais j’ai toujours baigné dans le sport (tennis, handball...), puis j’ai eu une année de flottement ou je cherchais un nouveau challenge sportif.
Cette même année, Géraldine Bonenfant venait d’arriver à la Villa Primrose pour relancer la section féminine de hockey. Son projet m’a convaincu et j’ai donc signé pour jouer avec l’équipe de la Villa Primrose.
Merci Géraldine !

 

Peux-tu nous parler du début de saison de ton équipe ? Pourquoi ces difficultés ?

Cette année c’est une jeune équipe de Primrose que l’on peut apercevoir sur le terrain. Pour beaucoup, c’est leur première saison en Nationale 1. La moitié des joueuses sont âgés de moins de 19 ans.
Lors de nos premiers matchs certaines filles étaient prises par la peur de mal faire. Il a fallu donc les rassurer et les conforter sur leur niveau de jeu.
Le club à une vision sur le long terme, le projet est de faire jouer et former les jeunes de Primrose vers le haut niveau. Il faut donc que cette équipe apprenne à jouer ensemble et à se connaître en dehors et sur le terrain.
Mais match après match des automatismes commencent à se créer. Cette nouvelle équipe est en pleine progression.

 

Est-ce que certains scores encaissés vous ont fait perdre confiance ?

Nous avons enchainés 4 défaites, avec des scores lourds (4/5 buts encaissés) face aux 4 premières équipes du championnat.
Cela fut très dur pour le moral et cela a entrainé une perte de confiance de l’équipe.
Il était donc important de garder une équipe solidaire et soudée. Notre objectif est de continuer à travailler à l’entrainement, afin de progresser et gagner des matchs.

 

Quel est le discours du coach dans ces moments difficiles ?

Géraldine à toujours un discours positif.
C’est quelqu’un de calme. Ses forces : sa patience et savoir mettre en avant les qualités de l’équipe.
Elle nous parle tout d’abord de nos points forts afin que l’on restent motivées et concentrées sur le match suivant. Puis nous abordons nos axes d’améliorations lors de l’entrainement afin de corriger nos erreurs.
Son discours d’avant match est basé sur la motivation, la combativité, le dépassement de soi et surtout le plaisir.

 

En tant que capitaine quel rôle joues-tu dans cette période ?

Mon but est de motiver et encourager les filles.
Il faut voir les choses à court terme, prenons match après match, essayons d’apprendre de nos défaites. Chaque match est différent.
J’essaie d’encourager un maximum de filles à être présente à l’entrainement hockey et physique. L’un ne va pas, sans l’autre ! La victoire est le résultat de tous ces efforts.

 

Votre victoire juste avant la trêve vous a fait le plus grand bien (NDLR: 4-1 face au CF Paris)  ?

Cette victoire nous permet de terminer la première partie gazon sur une bonne note.
Elle montre que nos efforts ont payés et que l’équipe progresse. C’est encourageant pour la suite.

 

Quel sera votre ambition sur la deuxième partie de saison Gazon? Les points à améliorer ?

Se positionner dans les 4 premières du championnat et ainsi jouer les play-offs sera difficile, nous en avons bien conscience. Mais rien n’est impossible, il suffit d’y croire et de travailler dur pour atteindre son objectif. Il faut voir le plus haut possible et tenter d’aller chercher une place dans ce top 4.

 

Est-ce que la saison Salle qui va commencé (vous évoluez en Elite) peut vous aider pour la saison Gazon ?

Le hockey en salle n’est pas un sport très pratiqué dans notre région. Mais nous sommes convaincus du bienfait pour l’équipe et sa cohésion de maintenir une activité de compétition. L’Elite, c’est un gros pari pour nous car nous aurons encore une équipe peu expérimentée. Mais nous avons gagné notre place à ce niveau et nous comptons bien la garder !

 

Quelle est la question que tu évites de te poser pour ne pas te prendre la tête?

Je prends les choses comme elles viennent sans vraiment me poser de question.
Je dis souvent « on verra bien comment ça va se passer »

 

Qu’est ce qu’il y a dans la tête de Chloé Lapadu ?

Je suis passionnée de sport.
J’aime le hockey et mon souhait est de voir ce sport grandir et être sous le feu des projecteurs.
Autour de moi peu de gens connaissent le hockey sur gazon. J’aime prendre le temps de leur expliquer et leur faire connaître ce sport. C’est un beau sport, il mérite vraiment d’être connu et reconnu.
Cela serait vraiment top que la ville de Paris organise les JO en 2024, pour que le hockey soit enfin médiatisé à sa juste valeur.

 

 Merci à Chloé pour sa disponibilité.

 

 

Nous contacter

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE HOCKEY

Tour Gallieni II
36, avenue du Général de Gaulle,
93170 Bagnolet
Tél : 01 44 69 33 69
Métro : Gallieni (Ligne3)

Vos outils

Connectez vous à l'Intranet Fédéral
Connectez vous à votre Espace Entraîneur

Abonnez-vous à notre newsletter

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires.